Menu déroulant

vendredi 26 septembre 2014

Randonnée au Pic du Mont Perdu 3355 m (Aragon Espagne)


  • Espagne / Aragon / Parc national du Mont Perdu et d'Ordessa
  • Accès : Depuis Ainsa/Nérin ou Torla (le plus court) ou Gavarnie... 
  • Dénivelé +1155 m / 4H00 +4H00/ 10 km 
  • Niveau : Montagnard 
  • Date :  26 septembre 2014
  • Départ : Refuge de Goriz
  • Carte : Ordesa y Monte Perdido au 1/40000 Editorial Alpina
  • Difficultés : Après le lac glacé si le thalweg est enneigé il faudra des crampons. Il est aussi possible de passer par la crête à droite, mais un court passage est très exposé. En l'absence de neige, c'est du niveau randonneur averti.

Pic du Mont Perdu (3355 m) 

depuis le refuge de Goriz (2200 m)




L'ascension du Mont Perdu constitue la seconde étape de notre "tramo aragones". C'est un pèlerinage puisque nous avions déjà réalisé cette ascension il y a 20 ans dans des conditions beaucoup plus faciles puisque sans neige dans le thalweg. Hier nous sommes montés à  Goriz depuis  Nérin via la faja Pardina.  Le refuge de Goriz est très fréquenté, aussi il est conseillé de réserver sa place à l'avance par internet (Le campement est autorisé autour du refuge). Le Mont Perdu est le troisième sommet des Pyrénées après l'Aneto (3404 m) et Les Posets (3371m). Il n'y a aucune difficulté d'orientation le tracé net et cairné est très parcouru, mais sa sur-fréquentation rend certains passages un peu délicats (roches polies). Comme dit plus haut, le niveau de la course d'été est variable selon l'enneigement du thalweg. S'il est enneigé il faudra soit des crampons pour assurer sa sécurité (barres rocheuses en contre bas de l'itinéraire) soit emprunter un parcours de crête dont un court passage est très exposé surtout si la roche est humide. Dans la dernière partie, la pente est très forte sur un terrain en pierrailles, il faut choisir ses appuis pour ne pas reculer à chaque pas...

Cela étant dit il s'agit d'une course magnifique de haute montagne avec un dénivelé raisonnable (1155m) et au pic les vues sur les sommets alentourssont à couper le souffle.


Départ à 8H00 après le petit déjeuner pris au refuge. 



Tout de suite, une première vue vers le Taillon, le Doigt et le Casque



A nos pieds le canyon d'Ordessa encore dans l'ombre.



Nous longeons une barre rocheuse qu'il va falloir surmonter.





La marmotte est encore engourdie, elle pose sans bouger.



Le soleil se rapproche et révèle la profondeur du canyon.



Premier obstacle un peu sérieux, qui nécessite un appui dynamique pour la première enjambée.



Au dessus de nous l'épaule et le Cylindre de Marboré.







Contraste de couleur saisissant.



Passage dans le chaos de blocs, nous sommes guidés par les cairns.





Nous sommes toujours dans l'ombre, il ne fait pas chaud.





Un peu de gymnastique c'est bon pour les articulations ...





Une nouvelle barre qu'il va falloir franchir.





Nous arrivons à un passage équipé de chaînes car humide et donc souvent verglacé.







Après les chaînes, c'est une cheminée qu'il faut escalader.





Est ce que ça suit derrière ?





Fin de la première partie. Nous arrivons au petit lac glacé avec au dessus l'extraordinaire col du cylindre qui donne accès au lac de Marboré et au refuge de Tuquerouye. Mais là ce n'est plus vraiment de la rando...



Derrière nous la Punta Tobaccor (2779m)



Devant nous et le plus à droite le pic et son couloir d'accès dégagé.
Le névé dans le thalweg à l'ombre est gelé. Sans crampons, nous devons emprunter la crête à droite, facile au début, mais qui aboutit à ce rognon conique qui constitue la partie la plus délicate de la rando.





Nous attaquons donc par la crête facile au début.




Le petit lac est déjà loin.




Et le col semble à notre niveau.


 


Passage du rognon. Concentration maximum.



En arrière on se rend mieux compte du danger.
Pas question de trébucher. Heureusement le passage n'est pas très long.



Fin du passage délicat. L'occasion de regarder un peu le paysage.
Devant nous le couloir terminal en pierrailles.






A droite la Punta Tobacor.




En arrière vue directe sur le Marboré.






Le délicat rognon...



Ici chacun doit trouver son rythme car ça monte vraiment raide. 





Vers la fin du couloir.



Le couloir vu d'en haut.



Le petit plateau avant le sommet.



Vu du plateau le pic semble bien débonnaire.



Arrivée au pic.




Roberte au sommet du Mont Perdu (ici El Perdido)




Roberte et Michel.







Quel panorama depuis le sommet !Autour de nous que des célébrités...
Au Nord vers la France et au zoom le Pic du Midi.




Au Nord le lac de Marboré et la brèche de Tuquerouye.










Au Nord Est le Cirque de Pineta



A l'Est la Valle de Pineta



Au Sud Est le Pic d'Anisclo et en second plan à droite le Castillo Mayor




Vers le Sud le canyon d'Anisclo et ses barrancos (Fuen blanca, Capradiza, Pardina)









Un autre petit lac glacé anonyme juste à nos pieds.




Vers le Sud Ouest : Canyon d'Ordessa.



Au Sud Ouest le Cirque de Cotatuero




A l'Ouest le Cylindre du Marboré.




Après cette contemplation, il faut bien se résoudre à redescendre sur terre.





La température est montée d'un cran.



Fin de la pierraille, début de la crête. 
Deux espagnols viennent de tenter la descente du névé, mais ils ont du remonter.





Un petit coup d'oeil en arrière avant l'adrénaline...




Descente du rognon conique.









Vue arrière sur ce passage délicat.






Arrivée au lac glacé.





La moraine en bas du névé.





Après ces émotions un petit arrêt bienvenu.



On ne se lasse pas d'admirer le col du cylindre.








Après le Mont Perdu, ces 2 montagnards semblent partis pour une autre aventure...



Au bord du lac c'est encore mieux pour se reposer.








Nous reprenons la descente avec ce petit passage de désescalade.



Le passage des chaînes.












D'ici le sommet du cylindre semble bien plat ?



Nous poursuivons la descente sur le sentier jalonné de cairns.





Passage dans les blocs.



Dernière cheminée.





Ballade tranquille...



Un cairn (tas de cailloux pour repérer un passage).



Le passage est bien là, je vois le cairn en dessous !



Descente des dernières terrasses.





Arrivée au refuge de Goriz. Nous y dormirons.
Demain retour à Nérin par les barrancos de Fuen Blanca et Capradiza.

















Aucun commentaire:

Publier un commentaire